Une ration équilibrée doit contenir 40 nutriments

Tous les mélanges alimentaires sont possibles mais il faut maîtriser le risque constant de surconsommation et donc de surpoids.  Différents repas peuvent être proposés aux chats, les quantités doivent être adaptées à chaque cas, en fonction de la morphologie du chat et de son activité : votre vétérinaire vous indiquera les proportions de chaque élément de ces différents régimes en fonction de votre chat.

Exemple de rations alimentaires mixtes pour un chat

Aliment complet sec ou humide + viande/poisson maigre + huile de colza +
légumes + riz cuit + complément minéral et vitaminique

Aliment complet + légumes (haricots verts, carottes, courges)

Aliment complet + yaourts ou fromage ou lait (max 20 ml/kg/j)

Aliment complet + légumes + yaourts ou fromage ou lait (max 20 ml/kg/j)

Aliment complet + viande ou poisson maigre + complément minéral et vitaminique.

Des nutriments essentiels : acides aminés et acides gras

La taurine est un acide aminé essentiel dans la croissance du chaton, c'est-à-dire que le chat ne sait pas fabriquer la taurine et que cet élément doit être quotidiennement présent dans son alimentation. Une carence en taurine dans l’alimentation d’une chatte entraîne des chatons peu viables, et un chaton dont l'alimentation ne contient pas de taurine subit une dégénérescence de la rétine en trois mois et une pathologie cardiaque en cinq à six mois.

Les recommandations chez le chaton sont de 10 à 30 mg/kg/j de taurine. La taurine doit être incluse en grande quantité dans les aliments industriels car une grande partie est dénaturée par les processus de fabrication (aliments secs : 1200 ppm ; humides : 2500 ppm) ; dans une ration ménagère, il n'est souvent pas nécessaire d'en ajouter sauf si les protéines viennent uniquement de poisson en boîte.

Nous rappelons qu’il ne faut pas donner de crevettes en conserve : elles contiennent de l’acide benzoïque, conservateur antimycosique, qui est toxique pour le chat. En revanche la consommation d’1 à 2 queues de crevettes décortiquées fraiches ou congelées est occasionnellement possible. 

Les acides gras (acide linoléique, acide linoléique, acide arachidonique, EPA, DHA) doivent être présents qualitativement dans l'alimentation du chaton. On les retrouve dans certains aliments complets pour chaton, dans l’huile de colza ou l’huile de soja, dans la viande et les poissons, ainsi que dans les huiles de poisson. L’huile de foie de morue ne convient pas à l'alimentation du chaton : elle est trop riche en vitamines A et D. Les préparations à base d'acides gras doivent être conditionnées dans des flacons à pompe hermétiques ou en gélules. Le cas échéant, les acides gras sont oxydés donc inefficaces.

Une bonne croissance du chaton est sous-tendue par une bonne alimentation, avant et après le sevrage. La composition des aliments industriels est très variable en fonction des fabricants ; la qualité (et donc le prix) des aliments « complets » réside dans la qualité des matières premières et dans l'ensemble des compléments vitaminiques et minéraux incorporés en juste valeur qualitativement et quantitativement.

Le sevrage est un moment clé dans la vie du chaton puisqu'il gardera les habitudes alimentaires acquises à ce moment là. Un sevrage défectueux peut entraver la bonne harmonie avec ses propriétaires. La gestion alimentaire du chaton nécessite des compétences, du bon sens et une adaptation du régime et du rythme alimentaire à chaque situation. Demandez conseil à votre vétérinaire.